La reproduction chez le furet

Les mâles sont fertiles dès l’âge de 8-12 mois, les femelles un peu plus tôt (7-10 mois). Les chaleurs surviennent dès que la durée d’éclairement atteint et dépasse 12 heures par jour, soit de mars à octobre en général. En l’absence d’accouplement, la femelle reste en chaleur jusqu’à ce que la durée de l’éclairement redevienne inférieure à 12 heures par jour. Or, un œstrus prolongé est très néfaste à long terme : un taux élevé et persistant d’œstrogènes dans le sang présente une toxicité pour la moelle osseuse. La prévention de ce problème majeur chez le furet fera l’objet d’une fiche d’information ultérieure. L’accouplement dure en moyenne une heure, et le mâle mordille souvent la femelle dans le cou, ce qui peut parfois occasionner des petites blessures qu’il faudra soigner. Pour optimiser les chances, il est conseillé de mettre en présence le mâle et la femelle pendant au moins 48 heures, à partir du 10e jour des chaleurs de la femelle. Ou bien de les laisser ensemble plusieurs fois 48 heures en les séparant entre deux, pour permettre plusieurs accouplements. La gestation est de 40 à 44 jours. Pendant cette période, il est impératif que la furette reçoive une alimentation de qualité, spécifique aux furets, et donc suffisamment riche en protéines d’origine animale. Même si la furette grossit beaucoup, il ne faut pas la rationner, mais plutôt lui laisser de la nourriture à disposition, car elle a besoin de constituer les réserves qui seront nécessaires à l’allaitement des furetons. Vers la fin de la gestation, il est important de préparer le nid où la furette va pouvoir mettre bas : un carton ou un bac (genre bac à litière) bien propre, garni de chiffons, vieux vêtements ou serviettes, et placé dans un endroit calme et propre, interdit d’accès à tous les autres animaux de la maison (y compris le mâle). Juste avant la mise-bas, un liquide visqueux incolore s’écoule par la vulve ; la furette se met en position comme pour uriner : l’accouchement est imminent ! C’est le moment d’isoler la furette dans le nid qui lui a été préparé. Tout stress lors de la mise-bas peut conduire la furette à abandonner, voire à manger ses petits. Alors calme et patience ! Au cours de la mise-bas, les contractions sont en général bien visibles, et les petits sont expulsés assez brutalement. L’accouchement peut durer plusieurs heures, car le temps séparant la sortie des petits peut être très variable. Tant que tous les furetons n’ont pas été expulsés, la mère restera plutôt indifférente à ceux qui sont déjà sortis. Mais une fois la mise-bas terminée, la furette va rassembler ses petits autour d’elle, couper les cordons, manger le placenta, lécher les bébés et les laisser téter. Il vaut mieux éviter de toucher les petits avec les doigts, car cela peut perturber la mère et la conduire à abandonner sa progéniture. Les portées comptent entre 6 et 8 petits, qui naissent aveugles et nus, et pèsent entre 6 et 12 g. L’ouverture des yeux ne se fait qu’au 28e jour. À partir de ce moment, les furetons commencent à ramper, à s’éloigner de leur mère, à jouer. C’est au cours de cette période (entre 4 et 7/8 semaines) qu’il est important de manipuler les petits afin de les sociabiliser (comme les chiots ou les chatons), les faire jouer et leur apprendre à réprimer leur morsure. L’allaitement dure 6 à 8 semaines, mais en cas de nécessité, il est possible de donner aux petits du lait reconstitué pour chatons (obtenu chez le vétérinaire). Au moment du sevrage, les petits se verront présenter la même nourriture que leur mère, afin de s’habituer. De toute façon, la sécrétion lactée de la mère se tarit progressivement, et le sevrage se fait en douceur. Vers l’âge de 7/8 semaines, quand les petits commencent à gambader un peu partout, il est temps de les confier à leur nouveau foyer… La femelle est fécondable à nouveau dans les deux semaines après le sevrage, mais il arrive qu’elle soit de nouveau en chaleur pendant l’allaitement, au bout de 2 à 3 semaines. Dans ce cas, une nouvelle saillie est nécessaire pour prolonger l’allaitement. Si l’on ne souhaite plus par la suite que la furette ait de petits, il est recommandé de la stériliser, soit définitivement (stérilisation chirurgicale), soit temporairement, par des implants hormonaux (qui ont en outre l’avantage de prévenir la maladie surrénalienne).

Clinique de Soumoulou

~|elegant-themes~|elegant-themes-icon~|

4bis avenue Lasbordes, 64420 Soumoulou

~|elegant-themes~|elegant-themes-icon~|

05 59 04 60 31

~|elegant-themes~|elegant-themes-icon~|}

Lu-Ve : 9h-12h // 14h-19h
Sa : 9h-12h // 14h-17h

~|elegant-themes~|elegant-themes-icon~|U

Consultations sur rendez-vous

Clinique de Ger

~|elegant-themes~|elegant-themes-icon~|

1030 rue du Gleysia, 64530 Ger

~|elegant-themes~|elegant-themes-icon~|

05 62 31 55 34

~|elegant-themes~|elegant-themes-icon~|}

Lu-Ve : 9h-12h // 14h-19h
Sa : 9h-12h // 14h-17h

~|elegant-themes~|elegant-themes-icon~|U

Consultations sur rendez-vous