L’ulcère cornéen

Les ulcères cornéens sont des lésions avec perte de substance au niveau de la surface de l’œil. Ce sont des affections relativement courantes, mais potentiellement graves (perte de l’œil) si elles ne sont pas décelées et soignées à temps. Il est donc important d’en reconnaître les signes d’appel, afin de ne pas passer à côté de cette urgence oculaire.

Qu’est-ce que la cornée ?

Il s’agit du tissu oculaire qui constitue une partie de l’enveloppe externe de l’œil ; elle est située sur la face antérieure du globe oculaire, en regard de l’ouverture des paupières. C’est un tissu fin (environ 0,5 mm d’épaisseur), transparent, lisse et brillant. La partie externe de la cornée est recouverte par une structure cellulaire appelée épithélium, qui joue un rôle de barrière protectrice vis-à-vis des poussières et des microorganismes qui ne parviennent pas à s’accrocher à lui. L’épithélium représente 10% de l’épaisseur de la cornée. La partie moyenne de la cornée (environ 90 % de l’épaisseur totale) est appelée le stroma ; il s’agit d’une couche fibreuse, constituée par l’agencement très régulier de fibres de collagène, formant des plans parfaitement parallèles entre eux afin d’assurer la transparence de la cornée. Enfin, la partie interne, très fine, est constituée d’une seule couche de cellules et forme l’endothélium cornéen.

Qu’est-ce qu’un ulcère cornéen ?

Comme tous les ulcères, il s’agit d’une lésion en creux sur la surface de la cornée. Hormis les traumatismes violents, la plupart des ulcères cornéens sont initialement superficiels, n’atteignant que la couche épithéliale. Mais en cas de surinfection bactérienne sur le site de l’ulcère, la perte de substance peut s’approfondir, et atteindre les couches intermédiaires, voire profondes de la cornée, avec possibilité de perforation du globe oculaire, et donc menace pour la vision.

Quelles sont les causes des ulcères cornéens chez le chien et le chat?

Les causes d’ulcères cornéens peuvent être assez diverses :

Origine traumatique :

Corps étrangers : épillets, branchages

Griffures : par grattage, ou par griffure d’un autre animal ; c’est une des causes traumatiques les plus fréquentes chez le jeune chiot ou chez le chat (bagarres) • Anomalies anatomiques : cils ectopiques, frottement de poils trop longs

Origine virale :

Chez le chat, les ulcères cornéens sont souvent associés à une infection par l’herpèsvirus (qui est un des virus responsables du coryza)

Insuffisance lacrymale, sécheresse oculaire

Origine dégénérative :

Chez les chiens âgés, souvent à partir de 7/8 ans, on constate assez fréquemment la survenue d’ulcères récurrents d’origine dégénérative, associés à d’importants retards de cicatrisation.

Brûlure chimique :

Il s’agit ici d’une urgence absolue, nécessitant une visite immédiate chez le vétérinaire. Les produits basiques comme l’eau de Javel, la soude caustique, la chaux vive… provoquent des brûlures profondes et graves.

Quels sont les signes d’appel d’un ulcère cornéen ?

Il existe de nombreuses terminaisons nerveuses sensitives dans la cornée, notamment dans les couches superficielles, ce qui rend les ulcères cornéens assez douloureux. La plupart du temps, l’animal présente un spasme des paupières, une rougeur de la conjonctive, et un larmoiement excessif. La douleur est souvent plus vive en pleine lumière. Parfois, un œdème cornéen se traduisant par une opacification blanche/bleutée de la cornée peut être observé. En présence de ces signes cliniques, il est indispensable d’emmener l’animal chez le vétérinaire, afin de mettre en place un traitement et éviter l’aggravation de l’ulcère.

Le diagnostic de l’ulcère

Le vétérinaire réalise souvent un premier test rapide pour confirmer la suspicion d’ulcère cornéen : il instille une goutte de fluorescéine dans l’œil, qui va colorer la couche située sous l’épithélium cornéen. Si ce dernier est intact, la fluorescéine ne se fixe pas et disparaît au rinçage de l’œil. En revanche, s’il existe une perte de substance, la fluorescéine va laisser apparaître une tache verte plus ou moins grande selon l’extension de l’ulcère. Après ce test, le praticien réalisera un examen approfondi de l’œil à la recherche d’un éventuel corps étranger (parfois caché sous la conjonctive ou la membrane nictitante) ; il pourra observer les structures profondes de l’œil à l’aide d’un ophtalmoscope, ou évaluer la production de larmes. Il est possible qu’une anesthésie locale, voire une sédation, soit nécessaire en cas de douleur importante, afin d’examiner correctement l’œil atteint.

Quel traitement ?

• Dans un premier temps, il convient de supprimer la cause à l’origine de l’ulcère cornéen : recherche et retrait d’un corps étranger, correction (souvent chirurgicale) des malformations palpébrales ou malpositions ciliaires, lavage en cas de brûlure chimique… • Ensuite, le traitement médical sera variable selon la profondeur de l’ulcère : • En cas d’ulcère peu profond, un traitement local à base de collyre / de pommade ophtalmique antibiotique sera prescrit, associé à la gestion de la douleur. • Si l’ulcère est plus profond, le vétérinaire rajoutera un collyre cicatrisant, et le traitement topique sera administré de façon intensive (toutes les 2 heures environ) les 2 ou 3 premiers jours. Si la perte de substance atteint plus de 50 % de l’épaisseur cornéenne, un traitement chirurgical est préférable, afin de combler la perte de substance et de restaurer la solidité de la cornée. C’est un vétérinaire spécialisé en ophtalmologie qui réalisera une greffe sous microscope opératoire. Si la cicatrisation est de bonne qualité, la cornée retrouve rapidement sa transparence, et l’animal recouvre une bonne vision. • En cas de perforation de la cornée, le traitement chirurgical avec suture de la cornée doit être entrepris le plus rapidement possible afin de limiter les complications, idéalement dans les 12 premières heures. Au-delà de 48 h, le pronostic devient très réservé pour le globe oculaire. L’animal devra souvent porter quelque temps une collerette pour éviter les lésions de grattage.

Conclusion

En présence de signes évocateurs d’un ulcère cornéen potentiel, il est indispensable d’emmener rapidement l’animal chez le vétérinaire, car de la rapidité de prise en charge dépend la bonne évolution de l’ulcère. Rédigé par : Isabelle Mennecier – Docteur Vétérinaire 06/05/2019

Clinique de Soumoulou

~|elegant-themes~|elegant-themes-icon~|

4bis avenue Lasbordes, 64420 Soumoulou

~|elegant-themes~|elegant-themes-icon~|

05 59 04 60 31

~|elegant-themes~|elegant-themes-icon~|}

Lu-Ve : 9h-12h // 14h-19h
Sa : 9h-12h // 14h-17h

~|elegant-themes~|elegant-themes-icon~|U

Consultations sur rendez-vous

Clinique de Ger

~|elegant-themes~|elegant-themes-icon~|

1030 rue du Gleysia, 64530 Ger

~|elegant-themes~|elegant-themes-icon~|

05 62 31 55 34

~|elegant-themes~|elegant-themes-icon~|}

Lu-Ve : 9h-12h // 14h-19h
Sa : 9h-12h // 14h-17h

~|elegant-themes~|elegant-themes-icon~|U

Consultations sur rendez-vous