Le furet : son alimentation

QUELQUES POINTS À CONNAITRE AVANT D’ADOPTER UN FURET (2/2)

L’ALIMENTATION DU FURET

Les mustélidés sont des carnivores qui dans la nature ingèrent des petites proies (qu’ils consomment entières, et pas uniquement les muscles !). Il n’est pas envisageable de ramener chaque jour des proies à votre animal, mais l’expérience et les recherches ont permis de déterminer quelques grandes caractéristiques de l’alimentation du furet.

Les protéines doivent représenter environ 35% de la ration alimentaire ; mais seules les protéines animales à haute valeur biologique sont une source adéquate pour le furet, qui a besoin notamment d’acides aminés. C’est pourquoi il convient de choisir des croquettes à base de protéines animales (contrairement à la plupart des croquettes de grande surface, d’origine végétale : à terme elles tendent à augmenter le pH urinaire et à provoquer la formation de calculs urinaires ; elles peuvent aussi favoriser des diarrhées, entraîner des troubles dermatologiques…).

Les lipides (graisses) sont une source d’énergie importante de la ration, et apportent les acides gras essentiels ; ils sont également responsables de la sensation de satiété, c’est pourquoi la proportion des lipides doit être comprise entre 20 et 30%, de préférence de haute qualité (et contenant de l’acide linoléique indispensable au furet).

Les glucides et fibres, bien qu’appréciés du furet comme des friandises, n’ont que peu d’intérêt nutritionnel pour lui, et doivent être limités, au risque de déclencher des diarrhées.

En ce qui concerne les minéraux, il convient de respecter un bon équilibre calcium/phosphore/magnésium. Également, le furet doit consommer 75 à 100 ml d’eau par jour, régulièrement changée pour rester fraîche et propre.

Enfin, les besoins énergétiques du furet sont de 200 à 300 kcal/kg de poids et par jour, avec des besoins augmentés de 20 à 30% en période de croissance, de gestation ou de lactation.

En pratique : Le tube digestif du furet étant très court, la digestion se fait très rapidement (3 heures), et il est nécessaire de lui donner plusieurs petits repas par jour ; l’alimentation à volonté est possible (croquettes) car il sait très bien réguler son appétit. Le choix du type d’alimentation dépendra donc du temps dont vous disposez pour nourrir votre animal, et de la praticité compte-tenu de vos impératifs.

L’alimentation en conserve toutefois est à éviter, d’une part parce qu’en libre-service, la conservation peut s’avérer problématique. D’autre part parce que ce type d’alimentation accroît le risque de formation de tartre et, étant très riche en eau, elle risque de ne pas couvrir les besoins énergétiques de votre animal. Elle est donc à réserver en cas de convalescence ou gestation, avec des aliments adaptés au furet (matières premières de haute valeur biologique), que l’on ne trouve que chez les vétérinaires ou dans les animaleries spécialisées.

Les croquettes peuvent être une option intéressante (conservation facile, alimentation équilibrée et énergétique, lutte contre le tartre), à condition d’acheter des croquettes spéciales furet (animaleries, vétérinaires), ou à la limite des croquettes pour chatons (proscrire celles pour chiens ou visons). Pour agrémenter la ration de votre furet s’il est nourri avec des croquettes, vous pouvez de temps à autre lui fournir des proies (voir § suivant)

Proies et alimentation ménagère sont envisageables si vous avez un peu de temps à consacrer à votre furet : la base de la ration est constituée de proies entières (poussins de 1 jour, souris, carcasses de volailles…), que le furet consomme intégralement (muscles, os, poils/plumes, viscères). Cette ration est complète, à condition de varier les types de proies. Le mieux est de s’approvisionner chez des fournisseurs de zoos, ou dans des couvoirs, mais on trouve aussi des proies surgelées dans les animaleries. Il existe aussi des BARF (Bones and Raw Food), qui sont des sortes de steaks hachés surgelés obtenus à partir de carcasses complètes broyées. Dans ce cas, un complément vitaminique est indispensable.

Si vous disposez de temps, vous pouvez établir une ration ménagère à base de viandes (un peu d’œuf cru, de foie ou de poisson, en quantité limitée), de céréales, de légumes et fruits en petites quantités, en ajoutant un complément minéral et vitaminique.

Vous éviterez si possible les friandises (sauf éventuellement en phase d’éducation, comme récompenses), et proscrirez les charcuteries (trop riches en sel) ou le chocolat (toxique).

Il existe divers régimes possibles pour votre furet : croquettes, proies, alimentation ménagère, avec possibilité de varier ou de combiner ; n’hésitez pas à demander conseil à votre vétérinaire, et retenez que l’alimentation du furet doit être d’origine animale, et de haute valeur biologique.

Clinique de Soumoulou

~|elegant-themes~|elegant-themes-icon~|

4bis avenue Lasbordes, 64420 Soumoulou

~|elegant-themes~|elegant-themes-icon~|

05 59 04 60 31

~|elegant-themes~|elegant-themes-icon~|}

Lu-Ve : 9h-12h // 14h-19h
Sa : 9h-12h // 14h-17h

~|elegant-themes~|elegant-themes-icon~|U

Consultations sur rendez-vous

Clinique de Ger

~|elegant-themes~|elegant-themes-icon~|

1030 rue du Gleysia, 64530 Ger

~|elegant-themes~|elegant-themes-icon~|

05 62 31 55 34

~|elegant-themes~|elegant-themes-icon~|}

Lu-Ve : 9h-12h // 14h-19h
Sa : 9h-12h // 14h-17h

~|elegant-themes~|elegant-themes-icon~|U

Consultations sur rendez-vous