Le panaris interdigite chez les bovins

Également appelé phlegmon interdigité, ou nécrobacillose interdigitée, le panaris désigne une inflammation aigüe des tissus mous des doigts, souvent conséquence d’une blessure. Le panaris se caractérise par un gonflement du pied, très douloureux pour l’animal, et par une boiterie soudaine. Non traité, le panaris peut devenir chronique et s’étendre à d’autres parties plus profondes du pied.

Les causes

Le panaris débute par une lésion accidentelle de la peau située entre les onglons, qui constitue une porte d’entrée pour les bactéries ; cette région est souvent humide, exposée aux souillures de la litière, et aux traumatismes. Des germes pathogènes naturellement présents dans l’environnement pénètrent ainsi dans les tissus du pied, et s’y multiplient, se propageant ensuite rapidement aux tissus conjonctifs de la région digitée. Fusobacterium necrophorum, germe anaérobie encore appelé « bacille de la nécrose » est impliqué dans plus de 90 % des panaris, seul ou associé à d’autres bactéries.

Les symptômes

Au premier stade, l’infection peut souvent passer inaperçue ; il est possible d’observer des signes d’inflammation de l’espace interdigité et de la couronne (juste au-dessus des onglons) : zone rouge, chaude, douloureuse au toucher, et légèrement enflée.

Puis très rapidement (environ 24h), la douleur s’accentue, entraînant une boiterie soudaine, franche, avec suppression d’appui. Parallèlement, l’état général du bovin est affecté : fièvre (39,5 à 40 °C), perte d’appétit, abattement, chute brutale de la production de lait (vaches laitières), perte de poids.

La nécrose suit l’inflammation, avec production de pus d’odeur nauséabonde assez caractéristique : le panaris est devenu phlegmon interdigité.

En l’absence de traitement rapide et énergique, l’infection peut s’étendre aux ligaments, articulations, voire os du pied.

Le diagnostic

Compte-tenu de la rapidité d’évolution, il est primordial de dépister précocement les signes cliniques du panaris, à la fois par un examen minutieux du pied, et par les données épidémiologiques.

Le traitement

Il repose sur l’administration précoce d’un antibiotique par voie générale, et ce pendant au moins 3 à 5 jours. Étant donné les temps d’attente pour le lait, il convient de s’assurer qu’il s’agit bien d’un panaris, en faisant examiner l’animal malade par le vétérinaire. Le praticien prescrira le cas échéant un anti-inflammatoire pour lutter contre la douleur intense. La boiterie doit normalement disparaître dans les 3 jours qui suivent le début du traitement.

Selon l’étendue des lésions, un parage des onglons pourra être réalisé, associé à l’application de médicaments topiques en spray ou en pédiluve.

Dans les cas les plus graves, une amputation chirurgicale peut être nécessaire.

La prévention

La prévention des panaris nécessite une maîtrise de l’hygiène et de la qualité de l’habitat : il convient d’éviter les zones humides sur les parcours ou autour des lieux d’abreuvement et d’alimentation, par exemple par la mise en place de « tapis » le long des abreuvoirs ou des auges, ou par le drainage des lieux de passage des bovins. De même, éviter si possible les surfaces rugueuses, les barbelés, les cailloux, même la boue séchée, qui peuvent léser la peau du pied. Le fumier sera également enlevé très régulièrement. On pourra aussi prévoir des pédiluves.

Enfin, une fréquence élevée de panaris dans un élevage peut révéler des carences en zinc ou en vitamine A : on veillera donc à supplémenter la ration si besoin.

Conclusion :

L’impact économique des panaris sur un troupeau peut être important ; dans un cheptel laitier : baisse de la production de lait, diminution des performances de reproduction et moins bonne détection des chaleurs, augmentation du nombre d’animaux à réformer. Dans un élevage allaitant, l’impact essentiel repose sur un ralentissement de la prise de poids, et donc un retard de mise sur le marché des animaux. Par conséquent, une bonne surveillance des bovins, une prévention par une bonne maîtrise de l’hygiène et de la qualité de l’habitat doivent permettre d’éviter de lourdes pertes économiques.

Rédigé par : Isabelle Mennecier – Docteur Vétérinaire

12/09/2016

Clinique de Soumoulou

~|elegant-themes~|elegant-themes-icon~|

4bis avenue Lasbordes, 64420 Soumoulou

~|elegant-themes~|elegant-themes-icon~|

05 59 04 60 31

~|elegant-themes~|elegant-themes-icon~|}

Lu-Ve : 9h-12h // 14h-19h
Sa : 9h-12h // 14h-17h

~|elegant-themes~|elegant-themes-icon~|U

Consultations sur rendez-vous

Clinique de Ger

~|elegant-themes~|elegant-themes-icon~|

1030 rue du Gleysia, 64530 Ger

~|elegant-themes~|elegant-themes-icon~|

05 62 31 55 34

~|elegant-themes~|elegant-themes-icon~|}

Lu-Ve : 9h-12h // 14h-19h
Sa : 9h-12h // 14h-17h

~|elegant-themes~|elegant-themes-icon~|U

Consultations sur rendez-vous