Mon chien a très peur de l’orage, des pétards et des feux d’artifice

Avec l’été reviennent les mariages, fêtes de village, fête nationale, avec leurs feux d’artifice et autres pétards, mais c’est aussi souvent la saison des orages, et certains chiens ont du mal à supporter ces bruits qui les rendent nerveux ou stressés.

Pourquoi mon chien est-il si craintif ?

Il peut y avoir plusieurs raisons à la crainte excessive de votre chien vis-à-vis des bruits secs et forts, ou des grondements annonciateurs d’un orage :

• Le chien est peut-être craintif de nature

• Le chien n’a pas été bien sociabilisé pendant la période propice, c’est-à-dire ses 12 premières semaines. Il a grandi dans un environnement trop calme et pauvre en stimuli ; de ce fait, tout ce qui est inhabituel le dérange et le stresse.

• Le chien a vécu une expérience traumatisante : par exemple, il a assisté à un orage ou à des feux d’artifices sans avoir eu la possibilité de s’y soustraire, ce qui a généré une grande angoisse chez lui.

Tout ce qui précède un orage (modification de la pression atmosphérique par exemple), ou ce qui indique des préparatifs de fête (musique, klaxons) peut déclencher des signes de grande nervosité (gémissements, tremblements, aboiements, tourne-en-rond…) et inciter l’animal à se surprotéger en cas de signes avant-coureurs.

À faire / À ne pas faire

Surtout, ne pas réprimander ou gronder le chien, cela augmente son stress ; ne pas le punir.

Mais ne pas non plus accorder une importance excessive à son comportement : si on le caresse trop, si on le câline dans le but de le rassurer, il peut interpréter cela comme un appel à l’aide de son maître, ce qui risque d’augmenter sa peur.

Donc, il convient surtout de garder son calme, de le maintenir dans son contexte familier et rassurant, tout en lui donnant la possibilité de se réfugier sous un meuble, sous l’escalier ou dans un espace familier à l’abri du bruit (salle de bains, etc.). S’il n’a pas été trop traumatisé par une expérience précédente, il se peut qu’il s’habitue progressivement – grâce à votre présence rassurante – à ces bruits qui le dérangent.

Et si ça ne fonctionne pas ?

N’hésitez pas à en parler à votre vétérinaire : celui-ci peut apporter à votre chien une aide médicamenteuse : il existe notamment un anxiolytique naturel élaboré à partir d’une protéine de lait appelée alpha-casozépine ; cette protéine agit assez rapidement, et au bout d’une semaine, chiens et chats sont capables de supporter des situations auparavant stressantes pour eux.

D’autres comprimés, à base de GABA, d’acides aminés et de vitamine B, semblent relativement efficaces assez rapidement (entre 2 et 4h après la prise).

Ces médicaments peuvent être utilisés ponctuellement lorsqu’on anticipe une situation potentiellement stressante pour l’animal (feux d’artifice du 14 juillet, pétards, orage…), ou lorsque l’animal va devoir affronter des changements de vie (déménagement, arrivée d’un nouveau compagnon…)

L’idéal étant de coupler l’administration de ces médicaments à une reprogrammation comportementale. Votre vétérinaire sera à même de vous expliquer les différentes stratégies :

Habituation : il s’agit d’une thérapie comportementale appelée immersion contrôlée : on place l’animal face au stimulus d’intensité modérée jusqu’à ce qu’il s’y habitue ; par exemple, on lui fait écouter chaque jour un son d’orage enregistré, avec un volume d’abord faible, puis de plus en plus fort.

Déconditionnement : On place l’animal dans une situation particulièrement agréable pour lui (jeu favori par exemple), et on le met en présence de l’objet de sa phobie (enregistrement d’orage) tout en continuant à jouer avec lui et à récompenser un comportement normal. Cela crée une nouvelle association dans son cerveau : bruit d’orage/moment agréable.

Mais tout n’est pas toujours aussi simple dans la réalité, et il peut être utile de faire appel à un comportementaliste canin, ou à un éducateur, pour mettre en place correctement cette thérapie.

En tout état de cause, si votre chien manifeste de l’anxiété au moindre bruit de pétard ou d’orage, la situation ne va pas aller en s’améliorant si rien n’est fait. Parlez-en à votre vétérinaire qui saura vous conseiller au mieux pour que fête nationale ne rime plus avec situation infernale pour votre chien !

Rédigé par : Isabelle Mennecier – Docteur Vétérinaire

13/08/2018

Clinique de Soumoulou

~|elegant-themes~|elegant-themes-icon~|

4bis avenue Lasbordes, 64420 Soumoulou

~|elegant-themes~|elegant-themes-icon~|

05 59 04 60 31

~|elegant-themes~|elegant-themes-icon~|}

Lu-Ve : 9h-12h // 14h-19h
Sa : 9h-12h // 14h-17h

~|elegant-themes~|elegant-themes-icon~|U

Consultations sur rendez-vous

Clinique de Ger

~|elegant-themes~|elegant-themes-icon~|

1030 rue du Gleysia, 64530 Ger

~|elegant-themes~|elegant-themes-icon~|

05 62 31 55 34

~|elegant-themes~|elegant-themes-icon~|}

Lu-Ve : 9h-12h // 14h-19h
Sa : 9h-12h // 14h-17h

~|elegant-themes~|elegant-themes-icon~|U

Consultations sur rendez-vous